Hypnose & Soins

Thérapies brèves, L’ Hypnose : Cadre légal de la pratique et application en Cabinet libéral

L’ HYPNOSE ET SES APPLICATIONS

L’Hypnose désigne à la fois une technique thérapeutique et un état modifié de conscience.

cf :
http://zenazen.org/index.php/2018/03/06/transe-hypnotique-et-profondeur-de-transe/

cf:
http://zenazen.org/index.php/2018/02/08/hypnose-ericksonnienne-comment-se-passe-une-seance/

cf:
http://zenazen.org/index.php/2018/03/01/transe-hypnose-superstition/

Cependant, il semble se dégager quatre Champs d’application de la pratique de l’Hypnose:

l’ Hypnose médicale, utilisée dans la pratique de tout professionnel de santé, formé dans le cadre de sa pratique ( anesthésie, analgésie, préparation à l’accouchement, dentisterie, soins infirmiers etc…)

L’ Hypnose thérapeutique qui s’inscrit dans une démarche de thérapie brève, quelle soit orientée « Solution » ou qu’elle aille à la cause profonde, en
général trois à dix séances, sur une durée de quelques semaines à quelques mois, sont suffisantes et ceci, même parfois, pour des troubles persistants depuis de nombreuses années.

L’Hypnose utilisée comme outil par les psychothérapeutes, les psychiatres, psychologues, les sophrologues qui ne relèvent pas de la Thérapie Brève.

L’Hypnose de Spectacle, de rue ou de scène, elle contribue à la « connaissance » de l’Hypnose auprès du grand public mais en aucun cas, ne reflète la réalité d’une séance d’hypnose en cabinet.

Dr Grégory Tosti, médecin généraliste et hypnothérapeute

« L’hypnose de spectacle, c’est de l’hypnose. L’hypnotiseur de spectacle utilise le même processus hypnotique que l’on utilise dans le cadre médical. Si le processus est le même, c’est-à-dire on passe par les mêmes phases de l’hypnose, des phases sont identifiées dans le processus hypnotique, dans le cadre du soin, il ne s’agit pas du tout de la même hypnose. D’abord on ne peut pas sélectionner les patients suggestibles comme peuvent le faire les hypnotiseurs du spectacle. On ne peut pas se payer ce luxe dans le cadre hospitalier ou dans le cadre de la consultation. D’autre part, on cherche à accompagner le patient dans le cadre médical alors que dans le cadre du music hall, on veut imposer une suggestion à un patient pour qu’il réalise l’ordre qui a été donné. Le contexte est très différent et c’est vraiment l’intentionnalité du contexte qui change tout. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *